Le défunt du mois

Michel BOUQUET

    Michel BOUQUET

06/11/1925 (Paris 14e) - 13/04/2022 (Paris)

Né dans le 14e arrondissement, d’un père officier et d’une mère modiste.

A la sortie de sa scolarité, il pratique divers petits métiers. Sa mère, passionnée de théâtre, lui a transmis dès son plus jeune âge sa passion. C’est ainsi qu’il entre au Conservatoire d’art dramatique et commence une carrière théâtrale dès 1944, accompagnant la création de pièces d’Albert Camus (Caligula, Les Justes) et de Jean Anouilh (Le rendez-vous de Senlis, l’Alouette, Pauvre Bitos…). Il joue également au Théâtre de Chaillot et au festival d’Avignon dans des mises en scène de Jean Vilar (Henry IV, La mort de Danton, L’Avare). Il est aussi très célèbre pour ses interprétations des œuvres d’Eugène Ionesco (Rhinocéros, Le roi se meurt), Harold Pinter (La collection, L’amant, L’anniversaire), de Samuel Beckett (En attendant Godot, Fin de partie).

Ses interprétations du Malade imaginaire et de l’Avare sont retransmises à la télévision. Sa très longue carrière théâtrale (jusqu’en 2017) est récompensée, en 2014, par un Molière d’honneur.

Parallèlement, il tourne beaucoup au cinéma. Le public le connaît surtout pour ses rôles dans les films de Claude Chabrol (La femme infidèle, Poulet au vinaigre) et François Truffaut (La mariée était en noir, La sirène du Mississipi). Il reçoit deux fois le César du meilleur acteur, en 2002 (Comment j’ai tué mon père d’Anne Fontaine) et en 2006 (le Promeneur du Champ de Mars de Robert Guédiguian).

Riche d’une carrière exceptionnelle dans sa longévité et sa qualité, il se retire en 2019 et meurt le 13 avril 2022, à Paris.